Un parti qui se soucie des Français

Publié le par Ligue des Patriotes Français

Article tiré du site internet de l'hebdomadaire "Marianne", écrit par Philippe Cohen et Laureline Dupont

 

 

A peine le flambeau passé à sa fille, le nouveau président d'honneur du FN a renoué avec ses vieux travers. Tandis que sa fille se faisait traiter de sioniste par un dirigeant gollnischien mécontent d'avoir été éconduit du Bureau politique.

 

Jean-Marie le Pen s'est rappelé aux bonds (sic) souvenirs de la diabolisation. Intervenant avant sa fille, le tout nouveau Président d'honneur du Front National est revenu sur l'incident qui a opposé, samedi soir, un journaliste de France 24, Michaël Szames, au service d'ordre frontiste.


Ce dernier a en effet porté plainte  après avoir été refoulé du dîner de gala auquel il entendait assister, sans doute ignorant de ce que cet événement n'était pas ouvert à la presse. A partir de là, les versions, bien entendu divergent. Selon Jean-Marie Le Pen, le service d'ordre a expulsé l'impétrant à la demande de Marine Le Pen qui l'avait remarqué filmant son pas de danse. Selon Le Pen, il ne s'était pas présenté comme journaliste. Il s'agit bien d'une provocation, a-t-il conclu.
Côté France 24, Alain Lesieur, directeur de la rédaction de France 24, nous a confié que le journaliste venait de sortir de l'Hôpital de Tours et qu'il avait quinze jours d'arrêt de travail, contrairement à ce qu'a déclaré le Président du FN pour lequel son visage était rigoureusement intact. Jean Lesieur a précisé que « Michaël Szames a proposé un entretien télévisé à Marine Le Pen et à Jean-Marie Le Pen. Il était donc parfaitement identifié comme journaliste. »

Mais Jean-Marie Le Pen ne s'est pas contenté de donner la version du DPS de l'incident. Il a aussi déclaré que le journaliste avait affirmé avoir été violenté à cause de son origine juive. Contacté par Marianne2, Michaël Szames dément avoir tenu de tels propos. Le vieux Lion, comme on l'appelle au Front, a en effet décroché une pichenette d'un goût plus que douteux, sur l'origine juive du journaliste : « Cela ne se voyait ni sur sa carte d'identité ni, si j'ose dire, sur son nez ». C'est justement ce qu'il fallait éviter de dire.... A moins de reporter à des jours plus fastes la dédiabolisation du Front National à laquelle aspire sa fille.

Quelques minutes plus tard, Marine Le Pen a dû faire face à un deuxième incident médiatique. Elu en treizième position au Comité Central, Farid Smahi a été révulsé par la décision de la nouvelle présidente de ne pas lui offrir une place au Bureau politique. « Tu m'as renvoyé comme un bougnoule! » a-t-il déclaré devant des dizaines de journalistes. Consternée, Marine Le Pen a tenté de le raisonner, avant de tourner les talons tandis qu'il l'accusait d'être au service des sionistes et d'Israël, reprenant ainsi la campagne anti-Marine Le Pen de Rivarol et de Minute, déjà évoquée dans ces colonnes. L'homme par qui arrivait le deuxième scandale gagnait la sortie, escorté par une forêt de caméras tandis qu'un membre du service d'ordre tentait d'empêcher - en vain - une journaliste de filmer.

« La démocratie ce n'est pas cinq minutes pour les Juifs cinq minutes pour les Nazis... », disait Jean-Luc Godard. Au congrès du FN on se sera contenté de provoquer un incident pour les Juifs et un autre pour les Arabes...

 

 

 

http://www.marianne2.fr/Le-scoop-de-Le-Pen-on-ne-reconnait-pas-un-Juif-a-son-nez_a201841.html

 _____________________________________________________________________________________________

 

Il semblerait que Jean-Marie Le Pen ait toujours le bon mot, celui qui faire sourire, à la bouche. 

Mais comment conserver la moindre confiance en un homme qui fait des pieds et des mains pour placer sa progéniture à la tête du seul grand parti politique français censé être nationaliste ?

Une action qui s'effectue par unique souci de népotisme et de tribalisme, tout ce qui porte la marque de nos ennemis en fait.

Certains avaient pour slogan "ni keffieh, ni kippa", visiblement au FN la volonté de "rassembler" (à l'exception des traditionnalistes le plus radicaux) va bien au-delà et à tout prendre les deux sont acceptés.

 

  

Le Front National : un parti qui se préoccupe vraiment du peuple français

Commenter cet article